Debussy über Fingersätze: Vorwort zu seinen Etudes


Quelques mots...
 
Intentionnellement, les présentes Etudes ne contiennent aucun doigté;
en voici brièvement la raison:
Imposer un doigté ne peut logiquement s`adapter aux différentes conformations de la main. La pianistique moderne a cru résoudre cette question en en superposant plusieurs; ce n`est qu`un embarras... La musique y prend l`aspect d`une étrange opération, où par un phènomène inexplicable, les doigts se devraient multiplier...
Le cas de Mozart, claveciniste précoce, lequel ne pouvant assembler les notes d`un accord, imagina d`en faire une avec le bout de son nez, ne résoud pas la question, et n`est peut-être dû qu`à l`imagination d`un compilateur trop zélé?
Nos vieux Maîtres, - je veux nommer "nos" admirables clavecinistes - n`indiquèrent jamais de doigtés, se confiant, sans doute, à l`ingéniosité de leurs contemporains. Douter de celle des virtuoses modernes serait malséant.
Pour conclure: l`absence de doigté est un excellent exercice, supprime l`esprit de contradiction qui nous pousse à préférer ne pas mettre le doigté de l`auteur, et, vérifie ces paroles èternelles: "On n`est jamais mieux servi que par soi-même."
 
Cherchons nos doigtés!
C.D.

zurück zu Fingerübungen